Mélody

23 mai

quelle étonnante attirance

Que je ressens pour toi, Mélody

Je te trouve si belle

Et pourtant quand je m’interroge

Je ne saurai me le justifier

 

Qu’est ce que j’aime chez toi ?

Mon esprit t’explore a la recherches de tes éclats

La première chose qui me vient est singulière

C’est le plissement de tes yeux quand tu souris

C’est tes petites mains, toutes menues

Que je pourrais contempler des heures perdues

 

Oh des fois je vois cette jeune femme

Si belle, si parfaite, une Mona Lisa

J’aimerai être son aimé

Mais je ne peux longtemps me tromper

Elle est si plaisante à regarder

Et pourtant non je ne peux m’imaginer

Vivre à ses côtés l’éternité

 

Mon esprit revient alors à toi

Il me corrige, me frappe de cette réalité

Ce n’est pas une poupée barbie

Qui me passionnera toujours

 

Alors qu’est ce qui me plaît chez toi, Mélody ?

C’est ton esprit

Si rieur, si sérieux

Si faible et si fort

C’est ton art

C’est tes convictions

C’est ta douceur

C’est ta douleur

C’est tes combats

C’est ton humilité

C’est ton regard sur la vie

 

Oh ! Ce serait pour ça que tu me plais

Et je continuerai à te chercher, Mélody

Au coin d’une ruelle, dans la clarté de la lune

Au milieu d’un océan, au bord du désert

Là où personne ne va

Là d’où tu es revenue

Là où les secrets se dévoilent

Là où la foule ne t’as pas aperçu

Là où on se sera reconnu

Ancien poème – Aujourd’hui

17 mai

AUJOURD’HUI

Même si hier était moche, laid
Même si c’était un cauchemar
Aujourd’hui je veux rêver
Car il n’est pas trop tard.
Aujourd’hui je danse
En compagnie d’un ange
Aujourd’hui j’avance
Guidé par un ange.
Aujourd’hui j’aspire
A une nuit étoilée
Aujourd’hui m’inspire
Une voie lactée
Aujourd’hui je cours
En route vers d’autres cieux
Aujourd’hui l amour
Que je lis dans tes yeux
Me rassure
Me rassure
Aujourd’hui sera oui
A jamais pour toujours
Aujourd’hui sera oui
A jamais pour toujours
Aujourd’hui sourire
Sourire
Sourire
Sourire a la vie

Ancien poème – Allons à demain

17 mai

ALLONS A DEMAIN

C’est sur ce chemin que j’irai
C’est par là que je partirai
Avec toi main dans la main
Allons à demain

Les fantômes ne me font plus peur
La nuit et toutes ses horreurs
Je les laisse derrière moi
Si tu viens avec moi

C’est sur ce chemin que j’irai
C’est par là que je partirai
Avec toi main dans la main
Allons à demain

Les murmures me passent au-dessus
Au revoir ce que je fus
Je ne veux plus que tes mots
Je veux plus que des mots

C’est sur ce chemin que j’irai
C’est par là que je partirai
Avec toi main dans la main
Allons à demain

Ancien poème – La Princesse oubliée

17 mai

LA PRINCESSE OUBLIÉE

Enfermée depuis toute petite
Une tour en cristal
Je suis une pépite
Qui attend son étoile

Mes parents m’ont laissée là
les yeux brouillés de larmes
Conscient qu’un prince roi
Viendra me délivrer avec ses armes

Je crois qu’on m’ a oubliée
Quand viendra me chercher
Mon prince chevalier ?
Je rêve éveillée

Et toutes les nuits je pleure
La solitude est un sentiment étrange
J’ai peur de m’éteindre telle une fleur
De devenir bien trop tôt un ange

Je crois qu’on m’ a oubliée
Quand viendra me chercher
Mon prince chevalier ?
Je reste esseulée

Le dragon qui veille sur moi
Gardien maudit qui me retient
N’est pas mauvais en soi
Mais il me considere comme sien

Je crois qu’on m’ a oubliée
Quand viendra me chercher
Mon prince chevalier ?
Je n’ose plus espérer

Je voudrai avoir des ailes
Comme un oiseau et m’envoler
Me jeter du haut de cette tourelle
Et enfin m’éloigner

Je crois qu’on m’ a oubliée
Quand viendra me chercher
Mon prince chevalier ?
Les yeux enfin fermés
Je pars ….
Je pars ….

Ancien poème – C’est dans tes yeux

17 mai

C’EST DANS TES YEUX

C’est dans tes yeux, bien enfoui
Que j’y ai découvert la pluie.
Et pourquoi faudrait il y courir ?
Demain pourrait être pire.
Tu veux croire aux jours nouveaux
Surtout pas lire les journaux
Tu souris, tu donnes bonne figure
Tous ignore ce que tu endure
Et tu danses, et tu tapes, et tu chantes
Pour que la nuit sois la plus lente
Mais c’est dans tes yeux bien enfoui
Que j’y ai découvert la pluie.
Et tu joues aux devinettes
Du fond de nos oubliettes
Et tu te caches dans les bois
Pour que l’on ne te retrouve pas
Quand le loup y est passé
Est resté l’enfant trépassé
Mais tout ça tu le retiens
Et alors je me souviens
Que c’est dans tes yeux bien enfoui
Que j’y ai découvert la pluie

Ancien poème – Je tue nous

17 mai

JE TUE NOUS

quand je tue nous
c’est la fin d’une histoire.
si je dis nous,
ce n’est plus qu’un nous dérisoire.
quand je tue nous
c’est la victoire de l’égoïsme.
quand je tue nous
l’amour subit un traumatisme.
quand je tue nous
ils vous poussent des ailes.
quand je tue nous
je ne pense plus à elle.
quand le je tue nous
le moi l’emporte sur le notre.
quand le je tue nous
je deviens un autre.

Ancien poème – La mélodie des coeurs

17 mai

LA MELODIE DES COEURS

Allongés sous les astres nocturnes
Nos mains enlacés
Tels les anneaux de Saturne
Qui me paraissent si éloigné
Et sentir l’odeur sucré de tes longs cheveux ,
Entendre le doux chants des grillons ,
Serai je enfin heureux ?
Est ce la réalité ou non ?
Dame Lune, silencieuse temoin
Se réjouit tendrement de notre bonheur
Oh que le reste de la vie est si loin !
Douce mélodie de nos deux coeurs
Monte, monte vers cet océan étoilée
Que jaillisse pour toujours notre amour
Et que ce moment d’éternité
Reste à jamais pureté

Ancien poème – Promesse

17 mai

PROMESSE

C est difficile
C est difficile à dire
C est difficile à ecrire
Tout ce que tu m inspire

Je sais demain
Sentiment qui m inquiete
D etre reduit en miettes
Angoisse toute bête

« Je serai toujours là »
Une promesse tu me l’assure
Tu sais parfois c est si dur
Mais j aimerai que ca dure
J aimerai que ca dure

La vie me fut injuste
J ai vu des intimes me trahir
J ai connu le pire
Meme elle je l ai vu partir

J ai continué à y croire
Continuer d esperer
Continuer à lutter
Mais sans cicatriser

« Je serai toujours là »
Une promesse tu me l’assure
Tu sais parfois c est si dur
Mais j aimerai que ca dure
J aimerai que ca dure

Aujourd’hui j ai peur
Je la sais insensé
Mon coeur est miné
De ne plus être aimé

En attendant que ca aille mieux
Pardonne moi
Aime moi
Ne m oublie pas

« Je serai toujours là »
Une promesse tu me l’assure
Tu sais parfois c est si dur
Mais j aimerai que ca dure
J aimerai que ca dure

Ancien poème – p’tit Gavroche

17 mai

P’TIT GAVROCHE

J ai plongé mes mains au fond des poches
L air innocent d un p’tit gavroche
J y ai trouvé mon petit coeur
Je l avais égaré par malheur
Je l ai sorti tout étonné
Depuis je l’avais oublié
Mais il battait toujours
Attendant encore l amour
Je lui ai fait prendre le soleil
Qui sur tout les coeur veille
Il l a chaudement réconforté
Il lui a simplement raconté
Des histoires venues d entant
Que connaissent seul les enfants
Mon petit coeur a repris courage
Il a bravé tout les naufrages
Desormais Il croit au lendemain
Il est beaucoup plus serein

Ancien poème – 3eme réalité

17 mai

3eme réalité

Je suis rentré dans ma troisième réalité
Quand nos regards se sont croisés
Et il n’y avait que nous deux,
Plus que nous deux.
Un slow éternel
Avec toi si belle
Ton parfum envoutant
Quel doux instant.
Pas besoin d’un je t’aime
De variation sur ce thème
Juste un baiser, ton baiser
Sentir mon cœur exploser.
Dansons toute la nuit
Avant qu’elle ne s’enfuie
Et un dernier baiser
Oh ! Juste un dernier baiser

123

Ombremortelle |
Chimeres schizophreniques |
Leaheinemann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lesaventuresdemelina
| Diaryofmylife
| Mayalavie